Épuisés

OUVRAGES ÉPUISÉS
Cliquer sur les images pour les agrandir.

Maurice Darmon:
Adieu au langage / JLG / DDD
décembre 2014.


    «Le propos est simple», écrit Jean-Luc Godard dans son résumé en dix lignes. Quatre mots en forme de provocation pour qui les lit après avoir vu le film, ou pour qui se sera fié aux plaintes des chroniqueurs de presse clairs et distincts, criant à la confusion mentale, la prétention alambiquée, les propos creux, quand ils ne sont pas tombés dans la migraine ophtalmique.
    Lumineux comme Godard pourtant, comme l'a si bien souligné et montré Alain Bergala. Partir au contraire de l'idée que les films de Godard sont l'organisation de la clarté pour qui accepte d'abord de se donner à son film comme il s'abandonnerait aux tableaux d'une exposition, se laissant emporter par deux ordres toujours sous-jacents, celui spatial et déterminé par le génie du lieu et du scénographe et celui, plus chronologique et temporel de ses propres itinéraires, soumis aux aléas de sa patience de l'instant, de ses rêveries et oublis de soi, de ses stratégies d'isolements parmi d'autres visiteurs parfois nombreux, opaques et remuants. 
Là serait le premier pas. [...] 
Un livret de 54 pages avec illustrations, 11 pages en couleur. 



Cliquer sur les images pour les agrandir et les faire défiler.
_____________________________________________________________________________



Paule Palacios-Dalens
Hiroshima dans la Blanche
l'introduction de Marguerite Duras au cinéma
mars 2015.


  Écrit pour Alain Resnais en 1958, le scénario Hiroshima mon amour marque l’entrée de Marguerite Duras dans le cinéma.  Vingt mois plus tard, sa publication dans la fameuse Blanche de Gallimard fait du scénario un nouveau genre littéraire.

  Le livre, dans sa mise en forme, classique et sans attrait manifeste, inscrit dans le principe visuel de la collection, offre un caractère d’exception pour la présence de photographies au côté du texte. Au même titre que les appendices qui racontent la genèse du film, le rapport du texte à l’image qui s’y instaure révèle, telle une surface sensible, les soubassements de son cinéma en devenir.

  Un livre des origines que Paule Palacios-Dalens a choisi d’éclairer ici par un détour sur la production de l’un de ses contemporains, Jean-Luc Godard.
  Un livret de 40 pages, 13 planches en couleur, 27 illustrations.



Cliquer sur les images pour les agrandir et les faire défiler.
_____________________________________________________________________________